Cinq nouveaux couteliers corses labellisés



Un reportage : https://www.corsenetinfos

S’inscrire dans une production 100% artisanale et qualitative, c’est la volonté des 5 couteliers qui se sont présentés le 18 décembre devant la commission de labellisation du couteau corse. Afin de recevoir le prestigieux sésame, les artisans ont pu montrer leur savoir-faire et des objets représentatifs de la totalité de leur production. « Ici, il ne s’agit pas de juger une seule pièce comme dans le concours du meilleur ouvrier de France. Il est important pour nous de vérifier que le consommateur pourra toujours retrouver la même qualité. Nous nous sommes d’ailleurs basé sur le respect des matériaux, du savoir-faire et la traçabilité du produit pour pouvoir labéliser les artisans », détaille Jean-Dominique Susini, président du Sindicatu di i cultellaghji corsi.


A la création du label en 2016, 9 couteliers s’étaient présentés pour le recevoir, la seconde année trois de plus pour arriver en 2021 à 15 artisans détenteurs sur une quarantaine de couteliers inscrits à la chambre des métiers. Cette année, le syndicat a relevé une forte adhésion des nouveaux professionnels. « Nous sommes très heureux car il y avait un bon état d’esprit, les couteliers ne sont pas là pour être en compétition mais plutôt pour se tirer vers le haut », poursuit Jean-Dominique Susini. Pour pouvoir prétendre au label, les professionnels doivent pouvoir justifier d’un minimum de trois ans d’expérience dans le domaine et d’une formation. Le label n’admet aucune sous-traitance et délocalisation. « Il doit être fait en Corse de A à Z, l’artisan doit vivre et travailler sur l’île », précise le président du syndicat.


A présent, les cinq nouveaux couteliers certifiés pourront arborer sur les lames le très reconnu poinçon du label. A sa création, le but était d’ailleurs d’élever le niveau global des artisans insulaires. Cinq ans plus tard, le pari est tenu. « Le consommateur s’intéresse beaucoup plus au produit. Il a plus de visibilité, la demande a été instantanée notamment sur le continent », continue Jean-Dominique Susini.


Luc Plavis a 55 ans, a décidé en août dernier d’installer sa coutellerie à Barbaghju, son village. Cela fait maintenant quatre ans qu’il a déposé les outils de chaudronnier soudeur pour se convertir à l’art du couteau. Pour lui, cette labellisation représente beaucoup : « C’est un engagement personnel, il est temps de montrer aux corses que nous sommes travailleurs, et de remettre en valeur ce que faisait nos anciens. »



1 vue0 commentaire